Rechercher

3 mois en auto-édition

24 jours pour se dire je t’aime est sorti sur Amazon et mon site internet le 21 octobre 2021. C’était mon premier roman, et premier pas dans l’autoédition. En toute honnêteté, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. J’étais dans le flou, pleine d’angoisses sur le chemin à suivre. Heureusement, j’ai eu la précieuse aide de mes copines du collectif Bring’elles pour m’accompagner et m’épauler. Je ne vais pas vous expliquer comment on fait pour autoéditer un roman, car j’en parle ici, ici et ici. Cependant, dans ce bilan, vous allez découvrir les multiples casquettes de l’autoédition.


gif

En effet, quand on devient autoentrepreneur, on n’est plus seulement auteure. On est aussi éditeur et donc commerçant. Cela veut dire que l’on va devoir se débrouiller tout seul pour vendre son livre. Pour ce faire, j’ai donc créé un site internet, une boutique en ligne, des pages sur les réseaux sociaux, un blog, une newsletter, des pages auteurs sur les plateformes concernées, etc. Tout ce que j’ai pu pour me faire connaitre. Avec tout cela, j’ai constitué une communauté de lecteurs en ne partant de rien.


Alors oui, ça prend un temps fou. Un gros investissement personnel de temps et d’argent. Étant donné que je n’ai pas encore repris mon travail, je ne sais pas combien de temps exactement je consacre à tout ça. Mais la plupart de mes journées, et mes soirées pour l’écriture. Mais je ne vis pas cela comme un vrai travail, car j’aime ce que je fais. Je suis passionnée, j’adore écrire et je me suis trouvé un réel intérêt dans la création de contenus et le partage de ma passion à ma communauté. Alors après tous ces efforts, comment mon roman a été accueilli ? A-t-il trouvé son public ?



Et bien oui ! Petit état des lieux : j’ai vendu 247 livres. 24JPSDJTM est noté 4,8/5 sur Amazon avec 40 évaluations. Je suis tellement contente de ce résultat ! Évidemment, maintenant que Noël est passé, mon roman sera moins lu, mais c’est très encourageant pour la prochaine saison hivernale. Mon roman trouve son public et j’en suis ravie. J’adore lire les commentaires, les avis, les chroniques des lecteurs. Certains sont très argumentés et je suis vraiment heureuse de savoir que les messages que j’ai voulu faire passer sont arrivés à destination. Alors, toi qui lis ce mail et qui as probablement lu mon roman, je te dis merci pour tout, mais surtout pour ta confiance en moi.


Niveau coût, c’est une question qui revient beaucoup. Non, je ne vis pas de ma plume. Non, je ne me suis pas encore remboursé les frais. Tout simplement, car dans ces frais, je compte aussi l’investissement du site internet et de la boutique. Alors je pense rentrer dans mes frais avec mon prochain roman. C’est un vrai investissement l’autoédition, surtout l’avance des frais et les prestataires qui participent au roman. En 3 mois, je comptabilise presque 250 ventes Amazon, ma boutique en ligne et les marchés de Noël confondus. Je compte également les livres papier et numériques.



En conclusion ? J’ignore si un jour je pourrais vivre de ma plume, mais la notion de succès ou d’échec est très relative. Même si je ne touche pas encore d’argent, je suis très contente du début de ce roman. Et j’ai hâte de publier les suivants ! Je ne suis qu’au début de ma carrière et je suis encore un bébé autoéditée. Mais c’est une première expérience très concluante et riche en apprentissages. Je sais maintenant quelle quantité de travail je dois fournir pour en arriver à tout ça, et ce qu’il me reste à faire pour les prochains. Et je suis convaincue que tout cela portera ces fruits.


J'espère que cet article t'aura intéressé et aidé,

A très bientôt,

De ma plume à ton cœur,


Virginie


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout