Rechercher

& si on changeait d'angle ?

Il y a quelque chose que j'aime beaucoup faire, c'est imaginer les histoires parallèles, les passés des personnages de roman/de films etc.


Sur la plateforme d'écriture où je me trouvais, Scribay, quelqu'un a proposé un défi qui m'a de suite attiré : écrire un Disney du point de vue du méchant.


Dans ce post, je vous propose donc un petit texte dans ce sens-là, avec l'un de mes méchants favoris de Disney.


Le Crochet au Cœur


"Le Capitaine Crochet était accoudé à son navire et regardait l’eau aller et venir. En fumant sa cigarette, ses yeux bleu océan se noyaient dans les fonds et il tendait l’oreille par habitude, dans l’angoisse qu’un crocodile revienne. Pour se donner de l’assurance, il remit en place son grand chapeau sur ses cheveux longs et s’assis aux commandes de son navire. Le seul endroit où il se sentait en sécurité. Et surtout le seul endroit où il était puissant. Plus fort. Respecté. Bien sûr qu’il était traumatisé par ce crocodile qui avait mangé sa main alors qu’il n’était qu’un enfant. Bien sûr qu’il était hanté par le fait qu’il vienne finir le travail et vienne le dévorer entièrement. Mais ce n’était finalement pas cela qui lui avait fait le plus de mal. Qui lui avait le plus brisé le cœur. Ce n’était pas pour ça qu’il détestait autant Peter Pan, ce petit garçon qui refusait de grandir. Ni pour ça qu’il était devenu le grand et terrifiant Capitaine Crochet.


Non, cette souffrance remontait à quelques mois après son agression, alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Son bras avait guéri et il ne lui restait que le moignon, pas d’infection, une belle cicatrice. Il savait qu’il avait eu de la chance, que ce crocodile dans ce zoo aurait pu le tuer quand il était tombé par accident dans son enclos. Il voulait dorénavant vivre et reprendre sa vie normale, comme avant. Il repartait donc à l’école très heureux de retrouver sa vie de petit garçon avec ses copains de classe. De sortir de l’hôpital, des pansements, des médecins, de ses parents. Il allait pouvoir recommencer à vivre comme n’importe quel garçon de son âge, et s’amuser. Et oublier cette histoire une bonne fois pour toutes.


Les premières heures furent tendues. Tout le monde l’observait, personne ne voulait trop lui parler. Les enfants chuchotaient entre eux, certains rigolaient, d’autres n’osaient même pas le regarder. Faisait-il peur à ce point ? Ce n’était finalement qu’une main… il avait ses deux jambes, toute sa tête. Il n’était pas déformé, ou arriéré. Pourquoi ces copains réagissaient-ils ainsi ? Lors de la première récréation, les enfants décidèrent de jouer à la balle au prisonnier. James se proposa en tant que capitaine comme il l’avait toujours fait avant, comme il avait toujours aimé mener une équipe. Et Peter, un petit garçon de sa classe, commença à se moquer de lui. « Toi capitaine ? Mais n’importe quoi ! Qui peut être capitaine quand on est handicapé comme toi ? ». Cela fit beaucoup de peine à James. Il insista en disant qu’il avait toujours été le capitaine, que rien ne changer, qu’il était toujours le même. Mais Peter et les autres enfants se moquèrent de lui et de sa main. « Comment veux-tu jouer alors que tu as qu’une main ? », « Un capitaine sans main, du jamais vu », « Personne ne gagnera jamais quoi que ce soit avec toi ».


Ce jour-là, personne ne choisit James. Ni en tant que capitaine. Ni en tant que coéquipier. Personne ne voulut jouer avec lui. Parce qu’il était différent. Parce qu’il était handicapé. Parce qu’il lui manquait une partie de son corps. Cela le fit énormément souffrir, pour un petit garçon, de se sentir à ce point rejeter par ses amis. Alors il se promit de devenir plus fort, plus dur, que cette main qui lui manquait serait celle de la puissance. Et c’est ce jour-là qu’est né le Capitaine Crochet."


Alors, qu'as-tu pensé de ce changement d'angle ?

N'hésite pas à me donner ton avis, je te répondrais avec plaisir.


A très bientôt,

De ma plume à ton coeur,


Virginie.



8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout